Les plieurs de temps – Tome 3 : Camille à l’heure de vérité, Manon Fargetton

Couverture Les plieurs de temps, tome 3 : Camille à l'heure de vérité

Grâce aux horloges magiques de ses camarades Robin et Anthony, Camille découvre qu’elle peut voir le futur. Mais ses visions, imprécises, sont difficiles à interpréter, et peut-être même dangereuses. D’autant que l’utilisation de son super-pouvoir semble attirer l’attention d’un mystérieux rôdeur…
Suffit-il de voir l’avenir pour y échapper  ?

Après avoir adoré les deux premiers tome de la série des plieurs de temps de Manon Fargetton, me voici avec le tome 3! Et cette fois-ci, j’ai trouvé que ce tome était vraiment à lire en troisième position, car il y a certains rappels des deux premiers tomes, et il n’y a pas de fin à cette histoire, car on trouvera probablement la fin dans l’histoire de Charly ! 

Comme les deux premiers tomes, j’ai beaucoup apprécié ma lecture ! Les personnages, des enfants d’une dizaine d’année, sont vraiment crédibles et intéressants ! Chacun a sa petite particularité, ses qualités et ses défauts… Ici on retrouve donc Camille, qui a perdu sa mère l’été précédent, et qui aimerait bien pouvoir parler librement de tout cela sans que son entourage évite la question… Elle était aussi la victime du harcèlement d’Anthony et ses copains, et ce n’est pas toujours facile pour elle de faire équipe avec son ex-haceleur… 

Dans cette aventure, on découvre une nouvelle façon d’utiliser les horloges magiques … Mais celles-ci n’ont elles vraiment que du bon? !

Un roman très dynamique, immersif, très très bien écrit ! Il ne me reste plus qu’à conclure cette petite série jeunesse avec « Charly » ! En tout cas cette série est vraiment une très belle découverte ! à mettre entre les mains des plus jeunes, pour toutes les questions qu’il permet de traiter sans en avoir l’air ! 

*****

Publicités

Le jour où j’ai appris à vivre, Laurent Gounelle

Couverture Le jour où j'ai appris à vivre

Et si tout commençait aujourd’hui ?

Imaginez : vous vous baladez sur les quais de San Francisco un dimanche, quand soudain une bohémienne vous saisit la main pour y lire votre avenir. Amusé, vous vous laissez faire, mais dans l’instant son regard se fige, elle devient livide. Ce qu’elle va finalement vous dire… vous auriez préféré ne pas l’entendre. À partir de là, rien ne sera plus comme avant, et il vous sera impossible de rester sur les rails de la routine habituelle.

C’est ce qui va arriver à Jonathan dans ce nouveau roman de Laurent Gounelle. À la suite de cette rencontre troublante, il va se retrouver embarqué dans une aventure de découverte de soi ponctuée d’expériences qui vont changer radicalement sa vision de sa vie, de la vie. Ce roman, dont l’intrigue est basée sur des expériences scientifiques réelles, éclaire d’une lumière nouvelle notre existence et nos relations aux autres, et apporte un souffle d’air pur dans notre vie.

Cela fait un moment que je n’avais pas eu l’occasion de lire un roman de Laurent Gounelle ! J’avais déjà lu ses deux premiers, que j’avais adoré ! Oui mais la… beaucoup moins … 

J’ai tout de même passé un bon roman, on a là un roman avec toujours une petite dose de philosophie, qui nous pousse à nous poser des questions sur notre quotidien et sur ce qui nous fait plaisir, ou pas … Mais j’y ai tout de même trouvé des longueurs, notamment lorsque Jonathan discute avec sa tante… La réflexion va peut-être parfois un peu loin ce qui a tendance à me lasser et je trouve aussi que Jonathan change aussi très vite et radicalement de mode de vie. J’ai donc trouvé ce côté peu probable… On y voit pas une réelle remise en question, des questionnements multiple, mais un changement soudain, ce qui ne m’a pas paru très crédible. Outre ce point, ça reste tout de même un roman agréable, qui se lit plutôt vite, mais c’est loin d’être un coup de cœur !

***

 

Miss Pook et les enfants de la lune

Couverture Miss Pook et les enfants de la luneEtant une grande fan des romans de Bertrand Santini, me voilà une fois de plus lancée … Et je n’ai pas été déçue !
« Miss Pook » est un roman à la croisée de Mary Poppins et … Tim Burton!
Au début du roman, nous suivons Elise, une petite fille de 10 ans qui vit au tout début du XIXe siècle ! Fait déjà intéressant car c’est finalement assez rare d’être propulsé à cette époque! Petit à petit viennent s’ajouter des éléments fantastiques, et vous vous en doutez car on nous parle dès le titre des enfants de la lune… D’ailleurs, j’ai trouvé les personnages que l’on croise vraiment très intéressants car ils nous permettent de réviser nos classiques,
par exemple avec le personnage du sphinx qui pose 3 questions (dont on entends finalement peu parler…), et on apprends aussi sans en avoir l’air!
L’écriture de Bertrand Santini est aussi vraiment chouette ! Elle nous met directement dans le contexte, nous fait accéder à un autre monde ! Les péripéties s’enchaînent
aussi et à aucun moment on ne s’ennuie ! J’ai aussi beaucoup aimé les retournements de situations et les personnages ne sont ni complètement méchants, ni complètement gentils !
Bref ce fut un très bon moment de lecture ! A conseiller à tous les enfants de 10-11 ans et sans limite d’âge !

Boréal,Sonja Delzongle

Résultat de recherche d'images pour "boreal sonja delzongle"Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un œil énorme, globuleux, fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C’est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un bœuf musqué pris dans la glace. Puis un autre, et encore un autre. Autour d’eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière. 
Pour comprendre l’origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s’immerger dans le travail, Luv s’envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire. 
Le lendemain a lieu la première disparition.

Voila un thriller adultes parfait pour l’hiver ! Nous y suivons plusieurs personnages : les membres de l’expédition scientifique partis au Groenland, ainsi qu Luv Svendsen, une géologue qui étudie les morts soudaines de plusieurs milliers d’animaux d’une même espèce en un cours laps de temps.

L’écriture est agréable et nous sommes littéralement plongés dans ces terres désertiques, très très froides, et dans lesquelles il fait nuit presque 24h / 24 ! Cela nous mets vraiment dans une ambiance particulière, frissonnantes !

Concernant l’histoire, j’ai beaucoup aimé qu’on y associe questions environnementales, avec la fonte des glaces, la disparitions d’espèces animales; avec un coté historique, tout cela mêlé bien sûr au présent! ça en fait un roman et des questions terriblement d’actualité ! Le suspens est particulièrement présent, tout cela jusqu’au dénouement final, qu’on aurait pu deviner mais qui est tout de même bien mené! En effet, les personnages vivent les uns avec les autres, toujours confinés, ce qui en fait presque un huit clos ou chacun ne peut que soupçonner son voisin, sans avoir envie d’y croire…

Ce n’est pas le premier roman de l’auteur, mais c’est le premier que je découvre et je suis maintenant curieuse de voir ce qu’elle a pu écrire d’autre ! A suivre !

Grupp, Yves Grevet

Couverture GruppStan vit dans un futur proche, où tous les faits du corps humain peuvent être contrôlés. Cela veut dire les battements de coeurs, qui trahissent à la fois des maladies possibles, mais aussi les sentiments et émotions que les gens peuvent ressentir… Toute cette société, sans en avoir le choix, est donc contrôlée par la société LongLife, ce qui a le pouvoir d’éviter certaines morts, mais aussi de freiner les excès de violence de certaines personnes… Dans cette société, nous suivons Stan, dont le grand-frère est arrêté, soupçonné d’être un activiste qui agit contre Longlife… Mais on y suite ensuite Scott, le grand-frère, dans une deuxième partie. 
Voici un roman dystopique qui nous fait réfléchir sur la sécurité (Ici représentée par la société Longlife, qui contrôle TOUT), sur la liberté (où et quand s’arrête celle-ci), mais aussi sur les conséquences d’une surprotection des parents envers leurs enfants,…
J’ai beaucoup aimé la première partie du roman, racontée par Stan. On y découvre cette société ou notre corps est contrôlé, tout nous paraît nouveau… Stan est un personnage que j’ai trouvé attachant, combatif, il se pose des questions et ne reste pas bêtement à attendre que tout bouge autour de lui. Il se créé petit à petit des relations, qui vont l’aider dans sa quête. Relations souvent bienveillantes, rassurantes. On sent que ce Stan a été très proche de son frère et j’ai trouvé ce lien vraiment sympa a découvrir, il nous permet de nous mettre dans la tête de Stan et de nous poser nous aussi des questions sur Scott ! Cependant, Yves Grevet a fait le choix d’une deuxième partie qui reprend les événements de la première, mais d’un autre point de vue, celui de Scott, ce qui m’a un peu moins plu… On reste sur notre faim à la fin de la première partie et je n’avais qu’une envie dans cette deuxième partie, arriver au point ou nous nous en étions arrêtés… Cela reste tout de même intéressant et nous permet de cerner d’autres enjeux, mais Il m’a manqué un petit plus dans cette deuxième partie… Ou peut-être est-ce aussi le fait que je me suis beaucoup plus attachée à Stan qu’à Scott! Les deux frères étant tout de même très différents l’un de l’autre et nous les suivons aussi à des périodes de leurs vies différentes.
Ce roman a cependant l’avantage d’être une dystopie en un tome ! Ce qui est tout de même un point positif car les questions que l’on se pose ont été résolues durant ce roman. 
En bref, voici un roman que j’ai trouvé agréable, bien qu’inégal dans sa construction… 

***