La faucheuse, Nell Shusterman

La faucheuse, tome 1 par ShustermanVoici une dystopie dont on a beaucoup entendu parlé lors de sa sortie ! Un premier tome que j’ai vraiment apprécié et dont je garde un très bon souvenir même quelques semaines après l’avoir lu ! On y découvre un monde où tous les savoirs sont acquis, notamment celui de pouvoir ressusciter. Cela peut paraître vraiment chouette à première vue ! Oui… Sauf que … de nombreux bébés continuent de naître, et vous pensez bien que la planète terre ne peut pas supporter tout ce petit monde… Il a donc été décidé que la mort devait être provoquée. Ainsi, le nombre d’habitants sur la terre serait toujours constant. Pour bien faire, il faut donc imiter un maximum ce qui se faisait auparavant (de nos jours donc ! ).
Dans ce petit monde, deux ados sont recrutés par un des plus célèbre faucheur, cette personne qui a la mission de « glaner », c’est à dire tout simplement supprimer une personne, et cela de manière irrémédiable ! Mais ces deux ados ne sont pas du tout motivés par ce métier, qui franchement ne fait pas rêver… Vous imaginez, vous, que tout le monde vous reconnaisse et vous craigne ?! Mais ce manque de passion pour le métier de glaneur, fait aussi une des conditions pour laquelle ils sont recrutés, il serait beaucoup trop facile et beaucoup trop dangereux de recruter des fous furieux qui s’y donnerait à coeur joie de tuer !
Ces deux ados sont réunis par un même apprentissage, cependant, on voir bien qu’ils ont des personnalités que tout oppose. Citra est une jeune fille astucieuse, malicieuse, mais parfois froide et condescendante. C’est un personnage avec lequel j’ai eu beaucoup de mal au début du roman, que j’ai appris à apprécier au fur et à mesure de ma lecture. Rowan, lui, est plus réservé que Citra, il semble plus amical, mais à l’inverse on sent bien qu’il a aussi un côté un peu plus noir…
C’est un premier tome vraiment accrocheur, on rentre dès le début dans le vif du sujet et il se lit ensuite très vite ! Il y a aussi plusieurs retournements de situation au cours de l’histoire et ça jusqu’à la fin, ce qui permet un suspens constant ! C’est aussi un roman qui nous fait réfléchir et nous poser plusieurs questions sur les conditions de la vie et de la mort…
Bref, c’est un premier tome que j’ai vraiment beaucoup aimé et j’ai hâte de pouvoir lire le tome 2 ! Il y a un petit côté « l’épouvanteur » de J. Delaney, ce qui est plutôt sympa =) Petit bonus, il est écrit à la fin du tome 1 qu’il y a une adaptation prévue au cinéma !

****

Publicités

Le Yark, Bertrand Santini

Le Yark« Parmi tous les types de Monstres qui grouillent sur la terre, l’Homme est l’espèce la plus répandue.Il en est une autre, cependant, plus rare et moins connue.C’est le Yark. »
Petit roman qui vous fera trembler et rire à la fois !
Le début nous est conté sous forme de documentaire sur le Yark. Nous y apprenons quel est son régime alimentaire : les petits enfants sages « il adore sentir leurs petits os craquer sous sa dent et sucer leurs yeux moelleux comme des bonbons fondants ». En effet, manger des enfants méchants lui donne nausées et crampes d’estomac ! Le problème est qu’aujourd’hui, les enfants sages ne sont plus aussi nombreux que par le passé, ils sont « bavards, gourmands, capricieux, froussards, fainéants, paresseux » … Cette partie est plutôt effrayante, les enfants y sont décris comme des animaux et sont donc une proie comme les animaux en sont une pour nous ! Les illustrations toutes en noir et blanc sont magnifiques et nous permettent de visualiser cet effrayant Yark ! L’objet livre est lui aussi magnifique avec ses pages épaisses et sa couverture cartonnée !
Un jour, lors de sa recherche d’enfants sages, le Yark rencontre Charlotte, une petite fille extrêmement sage mais qui n’a pas froid aux yeux ! Cela créé des situations vraiment très drôles et le Yark, tout monstre qu’il est, en devient même attachant !
La relation entre le Yark et la petite fille amène même la question de différence « Les humains n’ont pas beaucoup d’imagination. Ils ne voient la beauté que dans ce qui leur ressemble. » et ce Yark nous parait finalement bien humain…

5/5 : Un gros coup de coeur !

La prochaine fois, ce sera toi, Tome 1, Vincent Villeminot

Couverture La brigade de l'ombre, tome 1 : La prochaine fois ce sera toiAvec ce premier tome, vous allez vivre une immersion dans la brigade du commissaire Marcowicz, lorsque Jobert intègre le service, après une faute professionnelle. On sent tout de suite une certaine froideur liée à l’équipe. On a l’impression qu’ils sont tous mis au placard, et chacun fait sa petite vie dans son coin, il n’y a aucun esprit d’équipe! Cette équipe a pourtant une mission qui parait assez importante : ils sont chargés de la capture des goules, ces créatures qui ont une origine humaine, mais se transforment en d’horribles créatures ayant des similitudes avec Golum du seigneur des anneaux ! Ces goules sont des créatures vraiment effrayantes, mais elles sont surtout très dangereuses ! Elles s’attaquent, une fois transformées, à des hommes, tout cela assez violemment, et n’en ont aucun souvenir une fois qu’elles redeviennent humaines. Lorsque ces goules mordent un homme et qu’il survit, celui-ci devient alors une goule. On comprend donc pourquoi cette chasse aux goules est importante si on ne veut pas une prolifération rapide ! On sent aussi que le commissaire Marcovicz est quelqu’un d’important pour cette histoire, on apprend à connaître sa famille au sein de quelques chapitres. Notamment Fleur, sa fille, une adolescente avec qui il n’a pas plus de contact que ça …
Ce qui est original est intéressant dans cette histoire est que l’on suit à la fois des adultes, avec l’équipe du commissaire, mais aussi des ados, avec sa fille…
C’est un premier tome qui se lit très vite et dans lequel on trouve plusieurs scènes assez sanglantes! Cependant, j’ai trouvé l’histoire un peu plate, et je m’étais attendue à plus d’action, plus de fond. La froideur des personnages n’aidant pas non plus à ce qu’on s’attache à eux, je ne crois pas que je lirai le tome 2…

Outliers, Tome 1 : les anomalies, Kimberley McCreight

Couverture Outliers, tome 1 : Les anomaliesWylie, une adolescente dont la mère est décédée, se renferme sur elle même au point d’en devenir agoraphobe, jusqu’au jour où sa meilleure amie, Cassie, disparait. Cela créé comme un déclic pour Wylie, qui décide d’affronter sa peur du monde extérieur, pour lui venir en aide, même si elle agit quand même pas mal sans réfléchir! Elle brave ainsi tous les interdits de son père, qui a tendance à la surprotéger, et une course contre la montre commence pour sauver Cassie. Pour cela, Wylie est aidée par le petit copain de Cassie, Jasper, qu’elle ne porte vraiment pas dans son cœur et qu’elle juge coupable du changement de personnalité récent de sa meilleure amie.
J’ai beaucoup aimé la relation qui se construit petit à petit entre ces deux adolescentes, qui sont à la fois très proche, mais qui peuvent aussi s’éloigner très vite l’une de l’autre à cause de leurs fréquentations, leurs choix. Cette amitié m’a semblé vraiment très réelle et cela donne une vraie force à l’histoire, ça nous permet tout simplement d’y croire un peu plus. Wylie et Cassie sont en effet comme des sœurs depuis toujours, elles sont donc assez fusionnelles et on comprends pourquoi Wylie décide de prendre sur elle pour partir sauver Cassie. J’ai aussi aimé le fait que les personnages ne soient pas tout noirs ou tout blancs, par exemple pour Jasper, que Wylie apprends à connaître au fur et à mesure de leur fuite.
On est vraiment plongés dans cette histoire et je n’ai jamais eu aucune peine pour raccrocher lorsque je reprenais un chapitre après une pause! Cependant, j’ai trouvé la fin un peu brouillon. On nous révèle beaucoup de choses d’un coup… De plus, durant l’histoire, certains faits sont un peu trop gros et ne m’ont pas parus crédibles, ce qui m’a empêcher de croire à 100 % à cette histoire. Certains de ces faits peu crédibles ont une explication à la fin du roman, mais cela m’a gêné tout de même pendant ma lecture et certains points restent assez énigmatiques.. Je n’ai toujours pas compris pourquoi il est aussi intéressant d’être une anomalie par exemple, alors que c’est quand même le titre de ce premier tome ! 
Bref, dans l’ensemble, j’ai quand même passé un bon moment avec ce roman, même si les péripéties sont un peu « grosses ». Peut-être que je me lancerai un jour dans le tome 2 pour connaître le fin mot de l’histoire tout de même !

Un goût de cannelle et d’espoir, Sarah McCoy

Elsie, 16 ans, est une jeune allemande que l’on va suivre  la fin de la seconde guerre mondiale. Elle travailla avec ses parents, qui tiennent une boulangerie assez réputée et fréquentée de la ville. Cela lui permet notamment de fréquenter certains soldats allemands, et donc nazis et de commencer  fréquenter des soirées à leurs côtés. En parallèle, on suit 60 ans plus tard,une journaliste américaine, Reba Adams qui a pour objectif d’écrire un article sur les différentes cultures liées à la fête de Noël.
J’ai beaucoup, beaucoup aimé ce roman, qui a été un vrai coup de cœur. Le parallèle entre le personnage d’Elsie et celui de Reba Adams est vraiment très bien pensé. On découvre petit à petit l’univers d’Elsie à la fin de la seconde guerre mondiale, et on en apprend plus sur ses relations avec les soldats nazis et sur ce qu’elle pense de tout cela. On voit aussi grandir cette jeune Elsie, qui forcement, durant cette période compliquée se pose beaucoup de questions, notamment au niveau du nazisme, du traitement des juifs, … Et les parallèles avec le monde d’aujourd’hui, au niveau de la frontière américano mexicaine sont alors très bien vus ! J’ai lu très peu de livres (peut-être même aucun) du point de vue d’une allemande à l’époque, et j’ai trouvé cela vraiment très intéressant ! Cela nous pose vraiment tout un tas de questions sur la perception de la guerre, des soldats, du Reich, par les allemands de l’époque, qui ont vécu eux aussi dans cette période surveillée, où le nazisme est présent à chaque coin de rue et même au sein des maisons, de la famille, cette période durant laquelle trouver de quoi se nourrir était un combat de tous les jours… C’est un livre très dur par moment, mais qui nous fait ressentir plusieurs émotions, de la crainte, à la peur, en passant par la joie!
On s’attache très vite au personnage d’Elsie, courageuse et intelligente, à son univers, à la boulangerie de ses parents. Nous avons l’impression d’être à ses côtés à de nombreux moments, de sentir le pain qui sort du four, la cannelle et le pain d’épice… Les personnages secondaires sont aussi très bien construits et on avance dans l’histoire au sein de cette grande famille, dans laquelle on s’invite comme le fait Reba Adams.
Ce livre est un gros coup de cœur et j’ai réellement été plongée au cœur de cette histoire. J’ai hâte de pouvoir retrouver la plume de l’auteur avec son deuxième roman publié en France « Un parfum d’encre et de liberté » !

*****