Le piège de l’innocence, Kelley York

Vic Howard est un lycéen américain mal dans sa peau. Il n’a pas d’ami, mis à part Brett, qu’il connait depuis son enfance et avec qui il est toujours resté très proche. Il le considère d’ailleurs comme un membre de sa famille, qui elle n’est pas très unie. Il est fils unique et vit seul avec sa mère, avec qui il ne s’entend pas très bien… Pour faire plaisir à Brett, Vic le suit assez régulièrement dans des soirées. Durant l’une d’entre elles, Vic aperçoit une fille de son lycée, bourrée, seule dehors. Il s’empresse donc de la porter jusqu’à une chambre pour la protéger et éviter qu’elle n’attrape froid. Cependant, les jours suivants, Vic est accusé de viol. A t-il réellement violé Callie, la fille de son lycée ? Callie a telle menti ? Quelqu’un a t-il réellement tenté de la violer ?
J’ai trouvé ce roman très intéressant. Je n’avais encore jamais eu l’occasion de lire un roman sur ce sujet, d’autant plus qu’ici nous suivons le point de vue de Vic, qui est accusé de viol, mais nous avons aussi un aperçu des réactions de Callie. Il n’y a rien de trop, et j’ai trouvé l’écriture vraiment agréable, pas trop dure malgré le thème assez compliqué. La relation entre Autumn, la meilleure amie de Callie et Vic vient aussi adoucir le sujet. Ce dernier reste tout de même grave et on essaye de chercher, tout comme Autumn, Callie et Vic, qui aurait bien pu violer Callie durant cette soirée.
 Petit point négatif :j’avais pourtant deviné le coupable dès le début… Ce que je ne trouve finalement pas très gênant étant donné que ce qui m’a surtout intéressée est le déroulement de l’enquête, mais aussi l’évolution de Vic et Autumn, que l’on voit grandir tout au long du roman. Autre petit point négatif, j’ai trouvé certains faits un peu trop et donc un peu improbables, notamment la relation de Vic et de sa mère et l’amitié qui se créée très très vite entre Autumn et Vic. Après, si l’on passe au delà de ces petits points, les évènements s’enchainent plutôt bien et ce roman se lit très vite, car on s’attache à Vic et Automn !
Bref, j’ai trouvé le thème du roman très bien traité et je me suis vraiment attachée à Vic et Autumn au cours de ces quelques chapitres

****

Publicités

Phobos – Tome 1, Victor Dixen

Couverture Phobos, tome 1Après avoir entendu parler ce cette série encore et encore sur la blogosphère, voici que je me suis enfin lancée ! Et je ne suis pas déçue !
Dans ce premier tome, une société privée américaine a racheté la NASA. Celle-ci prépare un nouveau genre de télé-réalité dans lequel 6 prétendants et 6 prétendantes sont choisis dans le monde pour être envoyés dans l’espace. Durant le trajet pour aller jusqu’à Phobos, un satellite de Mars, les prétendants et prétendantes, tous en âge de procréer, auront l’occasion de se rencontrer 6 minutes toutes les semaines, pour à la fin former 6 couples.
Nous suivons dans ce premier tome Léonor, une ado que rien ne retient sur terre, mais nous avons aussi d’autres points de vue, notamment ceux de Serena McBee, l’organisatrice de cette télé-réalité. Nous sommes donc particulièrement recentrés sur le côté « filles » de la navette spatiale, et nous apercevons les garçon uniquement lors des speed-dating de 6 min avec les filles… On se doute cependant que tous ces personnages possèdent des secrets, qui, si j’ai bien compris nous seront révélés dans le tome « Phobos – Origines ». Léonor est une jeune fille que j’ai beaucoup aimé suivre, car elle a une grande force de caractère, malgré son passé que l’on devine assez chaotique. Elle sait ce qu’elle veut et ne se laisse pas intimider, ce que j’ai adoré! Mais plus qu’une histoire de télé-réalité, nous assistons à des machinations, des manipulations, … Et tout cela nous donne un petit côté thriller assez additif. Je poursuivrai donc l’aventure dans la navette Cupido avec un grand plaisir !

****

L’épreuve – Tome 1 : le labyrinthe, James Dashner

Couverture L'épreuve, tome 1 : Le labyrintheVoilà une série que je voulais commencer depuis un moment ! J’ai vu les deux premiers films, que j’avais vraiment adoré. J’avais trouvé qu’on s’attachait vite aux personnages et que l’histoire était très intéressante et bien construite ! J’avais alors un peu peur de subir l’effet inverse et d’être déçue par les romans… D’autant plus que j’avais entamé « le jeu du maître » du même auteur, auquel je n’avais pas du tout accroché ! Je l’avais même abandonné, ce qui est plutôt rare…
J’ai donc été agréablement surprise par ce premier tome que j’ai littéralement dévoré ! Cela fait un moment que je n’avais pas vu les films, mais je pense que le premier film respecte assez bien le roman, enfin au moins pour toute la première partie! J’ai vraiment apprécié me replongé dans ces personnages que j’avais déjà apprécié auparavant d’une autre manière… Ils sont très différents les uns des autres, ce qui en fait une vrai richesse! On en aime certains et on en déteste d’autres et cela nous fait avancer dans notre lecture. J’ai aimé le couple d’amis qu’est Thomas – Chuck. Ce dernier est très enfantin, mais en même temps assez touchant. J’ai aussi apprécié Minho, qui a un petit côté secret, mais dont on ressent une grande force et une grande envie de sortir de ce labyrinthe dans lequel ce groupe d’adolescent est piégé. Les autres personnages secondaires sont assez nombreux, mais nous suivons surtout un petit groupe d’entre eux, ce qui ne m’a pas perdu dans ma lecture. De plus, l’univers est assez original : nous sommes en huit clos, enfermé dans le bloc, entouré de ce labyrinthe et cet univers est vraiment très crédible. On ressent que les ados sont livrés à eux même depuis une très longue période, tellement longue qu’ils ont finis par créer un nouveau vocabulaire. On rentre grâce à ce vocabulaire dans leur bulle, dans leur monde fermé et on a encore plus envie d’en trouver la sortie à leurs côtés ! L’univers est aussi tellement bien décrit qu’on a aucune peine à se sentir aux côtés des personnages.
J’ai trouvé la construction de l’histoire vraiment addictive. Les chapitres sont très court et l’auteur nous fait régulièrement une révélation en fin de chapitre, ce qui nous fait dire « bon, allez, encore un chapitre.. » « Oh non, finalement, encore un … » et à avancer toujours plus vite dans le roman!
C’est avec un grand plaisir que je retrouverai maintenant nos personnages dans le deuxième tome !

*****

Les mangues resteront vertes, Christophe Léon

couv60979592On assiste au début de ce roman, à l' »enlèvement » d’Odélise, 10 ans, alors qu’elle vivait avec ses parents, ses frères et ses sœurs, à la Réunion. Cette histoire a bien sûr été imaginée suite à des évènements qui ses sont vraiment déroulés dans les années 1970. Ici, lorsque les agents de la DDAAS arrivent à la Réunion, ils promettent aux parents une vie meilleure pour leurs enfants, grâce notamment à une éducation qui pourra leur être offerte en métropole. On leur laisse croire qu’il seront accueillis par des familles volontaires, les enfants garderont contact avec leurs parents à la Réunion, … Odélise, qui est la cadette de sa famille, accepte donc avec ses parents d’être envoyée en métropole pour faire ces études dans l’espoir d’une vie meilleure. Les parents scellent cet accord en apposant leur doigt à la fin d’un document, qui nous le supposons, il leur est impossible de déchiffrer, étant donné qu’ils sont déjà dans l’incapacité de signer leur nom.
Lors de l’arrivée d’Odélise en métropole, on voit que le choc culturel est très fort entre les habitants de la Réunion et la famille dans laquelle Odélise se retrouve. La langue est à peine la même, la nourriture est différente, et surtout, les personnes noires sont peu nombreuses et on ressent à la fois une grande curiosité, une peur, mais aussi un racisme, de la part des locaux. Odélise, très vite, se retrouve seule et doit s’adapter et grandir loin des siens…
On assiste au fil des pages à son évolution jusqu’à sa majorité, témoins de tout le mal que cette séparation lui a fait. Ce roman est un témoignage d’un fait réel, d’une des jeunes personnes qu’on dépouille de tout, même de leur prénom, pour le bien d’un territoire ayant besoin d’être repeuplé. C’est une histoire touchante, mais j’aurai aimé une fin un peu plus joyeuse, ou du moins une fin qui nous pousse quelques années plus tard dans la vie d’Odélise, afin de nous donner peut-être un peu plus d’espoir… A défaut, un petit dossier documentaire d’une page ou deux aurait été sympa pour nous expliquer ce fait.

***

Flow, Tome 1, Mikaël Thevenot

couv536369Josh a 16 ans, il est né aux États-Unis, mais après la mort de sa mère, lorsqu’il était petit, il est venu s’installer avec sa sœur et son père, à Poitiers. C’est en effet la ville dans laquelle son père avait fait ses études lorsqu’il était jeune. Concernant Josh, il souffre régulièrement de migraines, qu’il a hérité de sa mère, mais cela n’est pas tout ! Il s’aperçoit que lorsque ses migraines apparaissent, il est capable d’entendre les pensées des gens qui l’entourent…
Ce premier tome, un thriller, avec une petite touche de fantastique est vraiment très prenant ! On a des chapitres très courts, ce qui donne vraiment un bon rythme. On a aussi certains chapitres qui nous font remonter 12 ans en arrière, à la période du décès de la mère de Josh. On a alors très envie de savoir comment l’histoire du décès de la mère de Josh et celle de l’apparition des pouvoirs de ce dernier vont pouvoir se recouper.
Concernant le personnage de Josh, j’ai trouvé l’histoire très crédible. On suit sa quête de vérité avec plaisir ! Josh est un adolescent qui entre au lycée, ce qui entraine forcement un changement au niveau de ses habitudes mais aussi au niveau de ses amitiés. Il est dans une période où il se pose beaucoup de questions, notamment sur la différence entre amitié et amour. Il se fait aussi de nouveaux amis, notamment un petit génie de l’informatique. Toutes ces relations entre les personnages m’ont vraiment beaucoup plu car on est plongés dans le quotidien de Josh et on se demande tout comme lui, qui peut bien le mettre en garde de « son pouvoir ».
Tout s’imbrique parfaitement et on arrive très rapidement à la fin de ce premier tome. Seul petit bémol : les phrases de certains personnages sont en anglais, car Josh a ses origines et des connaissances aux Etats-Unis. Seulement, ces passages ne sont pas forcement traduits, ce qui pourra en gêner certains. Les passages plutôt longs de ces personnages sont en français et j’aurai aimé que l’auteur en fasse de même pour tous les passages.
Bref, Un très bon premier tome et je me plongerai avec plaisir dans le tome 2, qui vient de sortir et qui finit cette histoire !

****