Elle et Lui, Marc Levy

elle et luiCela fait un moment que je n’avais pas lu de Marc Levy ! J’avais été un peu déçue par les derniers romans de l’auteur et n’avais pas eu envie de m’y remettre… Mais après avoir vu la chronique très positive de Marinette, j’ai décidé de retenter le coup ! Et je n’ai pas été déçue !  
C’est un roman idéal pour l’été, pas du tout prise de tête, vivant, drôle, et je l’imaginerai très bien tourné en film ! Il y a de très nombreux dialogues, ce qui rend la lecture très fluide et le roman se lit donc avec une vitesse folle !  
Dès le début, nous sommes plongés aux côtés des deux personnages principaux : Mia, une actrice britanique, qui vit une histoire difficile dans son couple alors que sa carrière est en pleine assencion ; et Paul, un romancier américain qui s’est exilé à Paris. Chacun a son passé, mais aussi son rêve d’un futur meilleur. Ensemble, ils vont vivre le début d’une histoire, amour ou amitié, la fin vous le dira ! L’amitié est cependant un ingrédient principal dans ce roman : les personnages secondaires sont hauts en couleurs et c’est souvent eux ou grâce à eux que la situation devient hilarante ! On retrouve d’ailleurs avec plaisir Arthur et Lauren, personnages principaux de « Et ci c’était vrai… » et « Vous revoir » ! Ce qui m’a vraiment donné envie de relire leurs histoires !  
Bref une comédie romantique qui fait du bien !

*****

Du sang sur la Baltique – Viveca Sten

vivecaConcernant l’histoire, Oscar Juliander, un homme riche, avocat et vice président du club nautique, est assassiné lors d’une régate. Thomas et Nora, deux amis policiers, sont alors mis sur l’affaire.
Viveca Sten est souvent considérée par les médias comme la nouvelle Camilla Lackberg. Certes, j’ai beaucoup aimé ce roman mais je trouve qu’il y a tout de même une grande différence entre les deux ! Viveca Sten est elle aussi originaire des pays de Nord et j’aime beaucoup découvrir des prénoms inconnus, de nouveaux lieux géographiques, de nouvelles coutumes, … Cependant, l’enquête est tout de même un peu moins poussée que celles de Camilla Lackberg à mon goût. Cela n’empêche pas que j’ai pris un grand plaisir avec la lecture de ce deuxième tome des enquêtes de Nora et Thomas !
Les relations entre les personnages sont juste comme il faut, ni trop simples, ni trop compliquées et les personnages ne sont pas en trop grand nombre, ce qui permet de ne pas se perdre ! De plus, il y a beaucoup de dialogues et des chapitres assez courts, ce qui donne un vrai rythme au récit! Autre point que j’ai beaucoup aimé : la chronologie est sous forme de « lundi première semaine » et j’ai trouvé cela vraiment très agréable, nous n’avons pas besoin de mémoriser de date et on s’y retrouve ainsi plus facilement !
C’est donc un polar à lire, même lorsqu’on n’est pas très en forme car tout y est fait pour que nous ne perdions pas le fil de l’enquête !
J’ai aussi aimé en découvrir un peu sur les vies personnelles de Nora et Thomas et je suivrai avec plaisir d’autres de leurs enquêtes ! Cependant, je n’avais pas lu le premier roman de Viveca Sten et ne le lirai probablement pas car le dénouement nous est rappelé dans ce tome, ce que j’ai trouvé très dommage ! Il nous faut donc commencer de préférence avant « La reine de la Baltique ».

****

 

 

La mécanique du cœur

Jack nait durant la journée la plus froide jamais connue. Les gens gèlent dans la rue, tout comme le cœur du petit Jack qui bat très lentement et semble gelé lui aussi. Madeleine, la sage-femme décide donc de lui greffer une horloge à la place du cœur. Bien sûr, en grandissant, cette petite différence devient un handicap, cette horloge-coeur fait peur et personne ne veut adopter Jack. De plus, Madeleine, qui s’occupe de lui faute de famille adoptive, le surprotège et le met en garde : jamais il ne devra tomber amoureux, sous peine de détraquer l’horloge qui lui sert de cœur …
Mathias Malzieu a ici écrit un roman vraiment très beau ! Un conte poétique, fantastique, qui aborde plein de sujets différents : l’amour, mais aussi les peines de cœur, la peur de la différence, l’attachement mère-enfant… Tout ces thèmes sont abordés un peu métaphoriquement, de manière très poétique et douce et on est réellement transporté par l’histoire de Little Jack ! On plonge avec ce roman dans une petite bulle, un monde à part, parfois un peu noir. C’est un vrai coup de cœur et je craquerai volontiers dans un autre roman de l’auteur pour retrouver sa si jolie plume !

*****

Zoo, James Patterson

Zoo par Patterson Il y a peu de temps, j’ai regardé la série Zoo lors de sa diffusion sur TF1, série que j’ai beaucoup aimée! Il y a de l’action (mais pas trop), des animaux, des personnages agréables… J’en ai donc profité pour lire le livre, écrit par James Patterson, dont est tiré la série.
Dans ce roman, Jackson Oz, un universitaire, s’est fait rejeté de son université car il a publié sur un blog des propos qui paraissent pour beaucoup farfelus. Pour lui, le règne animal est à surveiller, sous peine que son fonctionnement évolue. Or, il s’avère que des animaux partout sur la planète, ont un comportement étrange, mais surtout très agressif avec les hommes. Lors d’une de ses expéditions en Afrique, il rencontre Chloé Toussignant, une française qui le suit ensuite aux états-unis pour l’aider dans son enquête.
Pour commencer, j’ai été surprise par ce roman, qui a part les deux personnages principaux, est vraiment très loin de la série TV. C’est une des premières fois que l’adaptation ciné me plait plus que le livre. En effet, je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages, qui ne m’ont pas parus très creusés.
Les chapitres sont très courts, ce qui nous permet d’en lire toujours un de plus, et heureusement parce qu’il n’est pas très dynamique, et l’auteur fait intervenir certains personnages pour un chapitre seulement… Des animaux interviennent aussi dans certains chapitres. Ces différentes interventions autre que celles des personnages principaux m’ont donc un peu ennuyés au bout d’un moment.
Cependant, l’histoire en elle-même est sympa, j’ai bien aimé le fait que les personnages menaçants ne sont pas, pour une fois, des humains mais des animaux ! De plus, les questions posées par le roman sont intéressantes et vous réfléchirez à deux fois avant d’adopter un animal de compagnie ! La fin est elle aussi plutôt réfléchie, les questionnements quand à l’environnement restent posées et j’ai trouvé ça vraiment intéressant !
En bref, j’ai bien aimé le sujet mais un peu moins l’écriture et la construction du récit.

***

Des noeuds d’acier, Sandrine Collette

des noeuds d'acierAvril 2001. Dans la cave d’une ferme miteuse, au creux d’une vallée isolée couverte d’une forêt dense, un homme est enchaîné. Théo, quarante ans, a été capturé par deux frères, deux vieillards qui ont faut de lui leur esclave. Comment a-t-il basculé dans cet univers au bord de la démence? Il n’a pourtant rien d’une proie facile: athlétique et brutal,Théo sortait de prison quand ces vieux fous l’ont piégé au fond des bois. Les ennuis, il en a vu d’autres. Alors, allongé contre les pierres suintantes de la cave, abattu, privé d’eau et de nourriture, il refuse de croire à ce cauchemar. Il a résisté à la prison, il se jure d’échapper à ses geôliers.
Mon avis
J’ai lu il y a quelques temps « six fourmis blanches« , que j’avais beaucoup apprécié et j’ai décidé de renouveler l’aventure avec le premier roman publié par l’auteure ! Dans celui-ci, Théo sort de prison après 19 mois passés derrière les barreaux pour des actes de violence qui ont rendu son frère paraplégique. Jusque là, Théo nous semble être un homme antipathique, d’autant plus que celui-ci se réjouit d’aller narguer son frère dès sa sortie de prison, et cela malgré les ordonnances restrictives qu’il devrait respecter. Théo s’éloigne ensuite de la ville et tente d’oublier le passé grâce à la randonnée. Et si il existait en réalité encore pire que lui ?! Lors d’une de ses sorties de randonnées, Théo se fait kidnapper par deux vieillards, qui s’empressent de l’enchaîner. Ainsi commence un huit clos dans lequel Théo devient la victime, traité tel un animal. Mais Théo n’est pas le seul à vivre enchaîné dans la cave, il est soutenu par Luc, lui aussi captif des deux hommes depuis de nombreuses années. Contrairement à Théo, Luc semble s’être habitué à cette condition d’animal et obéit et réagit maintenant comme le ferait un chien. Les deux hommes sont maltraités et forcés à toute sorte de travaux (cultures, coupe de bois pour l’hiver, …), et ils peuvent espérer s’ils se sont bien comportés, obtenir une pomme de terre pour repas.
Ce roman noir nous tient en haleine jusque là fin : Théo devient la victime et nous suivons grâce à son récit son quotidien, en redoutant quel misère les deux frères kidnappeurs pourraient encore inventer pour lui et Luc… Les personnages sont originaux et bien campés !
Premier roman de Sandrine Collette qui a obtenu le Grand prix de la littérature policière de 2013.

*****

Un très bon polar !