Sirius, Stéphane Servant

Couverture SiriusDans un monde où tout a été détruit par l’homme, Avril survit comme elle peut dans la forêt, en haut d’un arbre, avec son petit frère, Kid, jusqu’au jour où un évènement les oblige à quitter ce refuge qu’ils s’étaient fabriqué et à partir en quête d’un autre endroit pour rester en sécurité.
Stéphane Servant signe ici un road trip post-apocalyptique, avec une note écologique ! Si si, c’est possible ! L’écriture de l’auteur est vraiment magnifique, très poétique, et elle nous plonge directement dans ce monde où il ne reste rien, ni hommes, ni animaux. Cela créé un peu l’impression d’être dans un conte, et on y plonge avec plaisir, avec l’impression d’être dans une petite bulle, dans un autre monde, lorsqu’on commence la lecture, ou qu’on la reprend ! Nous a aucun mal à nous imaginer les contours de ce monde, ses couleurs, et on se croirait aux côtés d’Avril et de Kid. Tout est pensé, tout est réfléchi, et rien n’est laissé au hasard, jusqu’à la numérotation des chapitres…
On s’attache à Avril et Kid, qui ont tout perdu dans ce monde, mais qui continuent de se battre pour survivre côte à côte. Mais ce roman est aussi une ode aux animaux de notre monde et à la place qu’ils ont aux cotés des hommes. C’est un roman qui pose question et fait vraiment réfléchir ! Ces animaux ont une place très importante dans ce récit, et rien ne serait possible sans eux. Ils nous permettent de comprendre la bêtise humaine qui a sévit avant la destruction du monde ; bêtise humaine qui pourrait grandement penser à ce qu’il se passe aujourd’hui à de nombreux endroits…
Un magnifique roman plein d’espoir, qui fait grandir, qui fait réfléchir à découvrir et faire découvrir !

*****

Publicités

Lady Helen, le club des mauvais jours, Alison Goodman

Lady Helen, 1 : Goodman, AlisonCe premier tome de Lady Helen est véritablement un gros pavé ! Mais quel gros pavé ?! C’est un mélange assez détonnant qui nous est décrit sur la 4ème de couverture comme un mélange de fantastique et du monde de Jane Austen! On y découvre Lady Helen, qui en 1812 s’apprête à faire son entrée dans le monde ! Vous imaginez donc les bals, les jolies robes et les rencontres de prétendant plus ou moins jeunes/ riches, … En attendant, Lady Helen vit chez son oncle et sa tante avec son frère, leurs parents ayant disparus il y a plusieurs années et laissant à leur enfants une mauvaise réputation, la maman étant considéré comme traître à la couronne et atteinte de folie … Ce n’est réellement qu’à partir du 2ème tiers du roman qu’apparaît le petit côté fantastique.
J’ai vraiment beaucoup aimé le premier tiers du roman où on nous plonge dans le début du XIXe siècle, période ou les femmes étaient très mal considérées et durant laquelle leur mission principale était d’obéir à l’homme auquel elles appartenait ! (père, mari, ou frère…). Lady Helen est alors une jeune femme hors du commun qui n’accepte pas de se soumettre constamment. Cette force de caractère est très sympa en tant que lecteur car elle rajoute un vrai piquant à l’histoire et il est assez facile alors de s’identifier à elle. C’est vraiment une période intéressante et j’ai trouvé les personnages vraiment bien construits, ils ont chacun leur personnalité, leurs petits secrets, ce qui les rends très réels et nous pousse sans cesse à nous poser des questions sur eux. Les relations entre ces différents personnages sont alors vraiment crédibles et intéressantes car ils ne sont ni complètement gentils, ni complètement mauvais ! Pour ma part, je suis complètement rentrée dans l’histoire de ce roman et ait vécu les aventures de Lady Helen a ses côtés ! J’ai beaucoup aimé notamment la relation que Lady Helen a avec Darby, sa servante, qui m’a un peu fait pensé à la relation de Skeeter et Minnie dans « la couleur des sentiments ». 
J’ai cependant trouvé que quelques longueurs apparaissaient en même temps que le côté fantastique, même si cela s’estompe finalement assez vite avec les péripéties et les manipulations omniprésentes dans ce beau monde! Ce petit côté fantastique est ensuite assez plaisant et s’intègre bien à l’histoire. J’ai aussi trouvé cela très bien décrit et on a aucun mal à s’imaginer les différentes scènes qu’on nous présente !
Bref, j’ai vraiment beaucoup aimé l’ambiance du roman et j’ai hâte de pouvoir lire le tome 2, car même si le premier tome ne se termine pas avec une fin insoutenable, on a très envie de savoir ce qui va advenir de notre courageuse Helen!

**** Presqu’un coup de coeur ! 

Une braise sous la cendre, Sabaa Tahir

couv36329287-pngSerra est un royaume fantastique dans lequel s’opposent deux clans : les martiaux, une armée dévouée à l’empereur; et les érudits, qui vivent sous la pression des martiaux, dans la terreur quotidienne. Ce premier tome de Sabaa Tahie alterne les chapitres avec les voix de Laia et de Elias. Laia est une adolescente qui se retrouve seule et en colère contre l’empire : ses grands parents viennent d’être tués sous ses yeux par des masks, les membres de « l’armée » de l’empereur, et son frère kidnappé par ses derniers. Elle souhaiterait plus que tout rejoindre la résistance pour retrouver son frère et se venger. Elias, lui, est élève pour devenir mask. Mais pas n’importe quel élève, il fait partie d’une famille très puissante et sa mère, qui est une femme sans pitié, n’est nulle autre que la commandante de Blackliff, l’armée de Serra.
Ce premier tome est vraiment une très belle découverte. Nous plongeons très rapidement et sans soucis dans le monde d’Elias et Laia, un monde cruel, noir, sans pitié. L’alternance des chapitres est vraiment un plus car il nous permet de cerner les pensées des deux personnages principaux, mais il nous permet aussi de découvrir des personnages secondaires variés et intéressants : des membres de la résistance aux futurs masks les plus dévoués, en passant par des esclaves maltraités. Les personnages sont creusés petit à petit au cours du roman, certains sont entre le bien et le mal et cela créé vraiment une richesse. J’aurai aimé cependant que certains personnages soient un peu moins manichéens pour créer un peu plus de surprises au niveau des péripéties. Concernant plus particulièrement les deux personnages centraux que sont Elias et Laia, ils m’ont beaucoup plu et cela m’a permis d’apprécier aussi bien les parties d’Elias que les parties dédiées à Laia. Cela nous permet aussi de finir chaque chapitre avec une petite dose de suspens vraiment appréciable!
L’univers créé par l’auteur est très bien décrit et il nous permet de nous imaginer très facilement les lieux dans lesquels vivent les personnages. J’ai eu plusieurs fois la sensation d’être à leurs côtés, de les suivre dans leurs quêtes… Nous croisons ça et là dans le roman quelques créatures fantastiques : des goules, des djinns, ce qui amène aussi un petit côté fantastique intéressant. Concernant plus particulièrement les différentes péripéties, l’inattendu n’est pas toujours au rendez-vous car certaines actions/ faits, sont prévisibles… mais cela n’a pas trop gâché mon plaisir et je me suis tout de même agréablement laissée porter par cette histoire !
En bref, j’ai aimé ce roman plein d’action et je me suis vraiment attachée à Elias, Laia, mais aussi Izzy et certains membres de la résistance, et j’ai maintenant hâte de les retrouver dans un deuxième tome !

****

Six of crows

Couverture Six Of Crows, tome 1Dans ce premier tome de « Six of Crows », nous faisons connaissance avec des « héros » pas comme les autres ! Les 6 personnages principaux, Kaz, Inej, Mathias, Nina, Jesper et Wylan, bque l’on suit à tour de rôle au fil des chapitres, sont pour la plupart des malfrats qui vivent du vol, de la prostitution, … Chacun de ces personnages est différent des autres, on sent qu’ils ont été très bien travaillés par l’auteur et ont chacun leur personnalité, leur passé que l’on découvre petit à petit. Cette bande de six jeunes adultes doit s’unir, malgré leurs différents, pour pouvoir ensemble capturer l’inventeur d’une drogue capable de décupler les pouvoirs des grishas (des magiciens / sorciers).
Malgré un début avec lequel j’ai eu un peu de mal, j’ai finalement adoré ce premier tome ! J’ai du mettre pas loin de 80 pages pour rentrer dans l’histoire car l’auteur nous emmène dans un monde nouveau, complexe, avec tout de même six personnages principaux, très différents avec chacun leurs petites particularités et leurs secrets. Mais une fois les personnages cernés, nous partons pour une aventure pleine de rebondissements ! Les changements de personnages à chaque chapitres permettent de s’attacher encore plus à certains d’entre eux et j’ai vraiment apprécié les parties sur Mathias, un ancien « chasseur de sorcière » et Nina, une grisha, autrement dit une sorcière, qui ont un passé commun. On apprend petit à petit quelles sont leurs motivations pour cette mission, ce qui les pousse à continuer, et comment ils se sont tous retrouvés un jour à devenir des malfrats. C’est un premier tome vraiment très riche, les histoires de chacun s’entremêlent avec les rivalités entre bandes, des combats, des pouvoirs magiques, …
Il n’y a maintenant plus qu’à attendre le tome 2 !!

L’héritière des Raeven – Tome 1 : Sorcière malgré elle, Méropée Malo

sorcière malgré elleJ’ai un avis un peu mitigé concernant ce roman… J’ai eu du mal à entrer dans l’histoire et j’ai peiné, jusqu’à la moitié du roman avant de réellement rentrer dans l’histoire, alors que j’ai trouvé la fin plus rythmée. En fait, c’est le postulat de départ qui m’a un peu bloquée!
Assia, 19 ans, finit ses études dans un lycée sélect et retourne chez elle, pour pouvoir décider avec sa mère et sa tante dans quel fac s’inscrire. Cependant, lorsqu’elle arrive chez elle après 9 ans d’absence, Henri Arlan, qu’elle ne connait pas mais qui est l’exécuteur testamentaire de sa mère, lui apprend une terrible nouvelle. Sa mère et sa tante sont décédées dans un accident de voiture, 9 ans plus tôt. Cela m’a semblé très gros tout de même… J’ai essayé de me dire que peut-être l’époque n’était pas la même qu’aujourd’hui mais on découvre ensuite qu’Assia a un portable, qu’internet existe…  De plus, tout l’argent de la famille a été utilisé pour payer l’école ! Il lui faut donc après avoir pris conscience de tout cela, aller travailler pour pouvoir acheter à manger !
Certes, les raisons de cette absence de questionnement nous sont expliquées dans la deuxième partie du roman, mais ces improbabilités m’ont vraiment empêchées de rentrer dans l’histoire !
Dans la ville de son enfance, Assia fait ensuite la connaissance d’Alec, un agent immobilier un peu plus âgé qu’elle, qui lui dit avoir un acheteur pour sa maison. Très vite, Assia, qui ne connait personne dans la ville, est attirée par Alec ce qui semble grandement déranger les anciens amis de sa mère : Henri Arlan, Constance et Hélène. Tout cela créé une ambiance à la « Roméo et Juliette » des temps modernes : 2 amoureux dont les familles s’affrontent depuis 300 ans.
A toute cette histoire s’ajoute aussi, comme nous révèle le titre, la révélation des pouvoirs d’Assia…
Assia est un personnage plutôt sympathique, toujours en action, mais têtue, mais je n’ai vraiment pas accroché au personnage. L’histoire d’amour prend à mon sens à certains moments trop de place et j’ai trouvé certaines coïncidences un peu grosses… L’écriture est agréable et nous nous imaginons pourtant assez facilement le lieu de vie d’Assia.
Quand à la deuxième partie du roman, elle nous en apprend un peu plus sur les pouvoir d’Assia, ce qu’elle combat. On entre alors dans l’action et les personnages deviennent plus attachants.
A voir ce que donne le tome 2, même si je ne suis pas sure de le lire…

***